Les établissements veulent des engagements clairs

13/08/2012 09:21

Source: Le Soleil / le 11 août 2012 à 09:00


Tous les partis en lice pour former le prochain gouvernement promettent en santé et en services sociaux un meilleur accès, plus de performance de la part du réseau, de nouveaux services et plus de dépenses. Ils devront toutefois expliquer à la population comment ils entendent réaliser leurs promesses et préserver, développer et améliorer le réseau, particulièrement dans un contexte financier difficile et au moment où nous devons collectivement relever le défi du vieillissement de la population.


Les aspirants au pouvoir devront faire des choix pour :
- améliorer l'accès;


- développer les services à domicile;


- garantir le financement et protéger les services;


- hausser la performance du réseau, y compris celle des médecins.


Les moyens permettant de relever ces défis sont connus. En tant que représentants des établissements de santé et de services sociaux, nous souhaitons les rappeler à celles et ceux qui prétendent accéder au pouvoir le 4 septembre prochain.


Améliorer l'accès
Les systèmes de santé les plus performants au monde ont placé les services de première ligne au coeur de leur organisation. La première ligne est ainsi devenue le milieu privilégié d'offre de soins et de services, là où une équipe interdisciplinaire (médecin, infirmière, psychologue, travailleur social, etc.) est accessible pour le patient et pour ses proches. Cette équipe assure l'accueil, l'évaluation et le suivi des interventions de même que la coordination avec les services spécialisés.


Question : Comment les partis qui souhaitent diriger le Québec entendent-ils faire de la première ligne la pierre d'assise du système et donner un accès réel à une équipe interdisciplinaire?


Développer les services à domicile
La population du Québec vieillit. Les besoins vont grandissant. Les personnes âgées souhaitent demeurer à domicile le plus longtemps possible. Pour répondre à ces besoins, il y a lieu d'intensifier le développement des services à domicile.


Le dernier budget du Québec prévoit des investissements supplémentaires de plus de deux milliards $ en cinq ans, principalement pour le développement de ces services. Il s'agit là d'un minimum pour véritablement développer les services et les soins à domicile pour les personnes âgées et les autres clientèles.
Question : Les partis politiques s'engagent-ils à poursuivre intensément le développement des services à domicile?


Garantir le financement et protéger les services
Dès la préparation de son premier budget, le futur gouvernement aura la désagréable surprise de découvrir un déséquilibre de 614 M$ entre les engagements financiers pris envers les établissements de santé et de services sociaux (chargés de donner les services à la population) et ce qui leur a réellement été versé. L'année suivante, ce manque à gagner atteindra 1,2 milliard $.


Question : Comment les partis en lice entendent-ils combler ce manque à gagner de plus d'un milliard et éviter ainsi des impacts négatifs sur les services à la population?
Le prochain gouvernement ne pourra non plus échapper au contexte qui oblige pays et provinces à limiter ou à réduire la croissance de leurs dépenses en santé et en services sociaux. Il devra choisir entre maintenir - ou non - la croissance des dépenses actuellement fixée à 5 %.


Question : Les partis en lice entendent-ils expliquer clairement à la population, en toute transparence, les choix qu'ils entendent faire concernant le financement à moyen et long termes?


Hausser la performance
Le réseau améliore de jour en jour sa performance. Toutefois, il y aurait possibilité de faire davantage en révisant certaines façons de faire. Cinq gestes pourraient être posés rapidement pour insuffler un nouvel élan à l'amélioration de la performance du réseau et des médecins québécois :
- alléger l'administration et rapprocher les centres de décision des établissements;


- accélérer l'informatisation du réseau;


- permettre le financement à l'activité;


- lier une partie de la rémunération des médecins à leur performance et en témoigner publiquement;


- prioriser les activités de prévention afin, par exemple, de réduire la prévalence des maladies chroniques.


Question : Quelles mesures les partis politiques entendent-ils mettre en oeuvre pour améliorer la performance du réseau?
Les 250 000 artisans du réseau de la santé et des sociaux souhaitent que les partis politiques indiquent clairement comment ils vont maintenir et protéger un système public et universel, dont la population a toutes les raisons d'être fière.


Michel Gervais, président, et Lise Denis, directrice générale
Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux

 

 

 


Conférence des Tables régionales de concertation des aînés du Québec

Rechercher dans le site

Contact

Conférence des Tables régionales de concertation des aînés du Québec (CTRCAQ) 2120, rue Boivin, local 113
Québec (Qc)
G1V 1N7
418-614-0999