Volume: 6 numéro: 7 - 1er juillet 2013

02/07/2013 14:22

C’est l’été. Le soleil, la verdure et les fleurs, les vacances et la nonchalance. Profitons-en au maximum, car l’automne nous verra réfléchir et débattre sur trois enjeux sociaux majeurs.
1. Le rapport du Comité d’Amours sera examiné en Commission parlementaire dès le 18 août prochain. Les experts avaient pour mandat initial d’examiner les moyens de préserver les régimes complémentaires de retraite, en particulier ceux à prestations déterminées, fragilisés par le crise de 2008, la conjoncture boursière défavorable, quelques prévisions erronées et des ponctions de surplus carrément imprudentes. Le rapport suggère un vrai coup de barre, mais au prix d’un doublement des cotisations. Pas de quoi enchanter les travailleurs bénéficiaires, surtout que les experts encadrent mais approuvent un droit de l’employeur à conclure unilatéralement une désindexation en cas d’échec de la négociation.

Le Comité a aussi proposé une «rente longévité» à partir de 75 ans. Deux effets concomitants : un recul de fait de l’âge de la retraite, avec une incitation à rester ou retourner sur le marché de l’emploi et une incitation à épargner davantage entre 50 et 75 ans. Pas de quoi pavoiser non plus devant des propositions aussi lourdes pour «préserver» le système des pensions. Même Claude Castonguay trouve que ces suggestions du rapport «ne passent pas le test de la réalité.» C’est dire!

2. Le livre blanc sur l’Assurance-autonomie sera en discussion. En fait, il s’agit d’assurer un soutien à domicile plus efficace et plus important tout en diminuant la pression sur les finances publiques et nos impôts, grâce à une désinstitutionnalisation forte et une Caisse autonomie protégée. C’est beau sur papier, mais il faudra veiller au grain : service public ou indirectement privatisé ? Financement augmenté, mais comment ? Cotisations ou taxes ? Sur le dos du secteur communautaire et de ses travailleuses sous-payées ? Attention aux groupes de pression et aux corporatismes habitués à réorienter les projets de loi dans le sens de leurs intérêts, sans compter les résistances au changement, les routines et les préjugés!

3. Après une vaste consultation partout au Québec, le projet de loi 52 a été déposé, avec l’appui de tous les partis présents à l’Assemblée Nationale : outre l’encadrement de l’aide médicale à mourir, le texte reconnaît le droit à l’accès aux soins palliatifs. Reste un ultime débat, avant un choix collectif difficile, dont il faudra surveiller de près l’application rigoureusement balisée.
Alors bon été, bien sûr, mais pour mieux nous préparer à un triple débat social aussi nécessaire que décisif. On compte sur nous. 

 

Bulletin complet

Rechercher dans le site

Contact

Conférence des Tables régionales de concertation des aînés du Québec (CTRCAQ) 2120, rue Boivin, local 113
Québec (Qc)
G1V 1N7
418-614-0999